Tamines, le regard tourné vers le bas

Tamines - Mons (d. 14 h 30)

L.S.
 Julien Charlier espère ne pas devoir se battre pour le maintien jusqu’en fin de championnat avec Tamines, où les deux renforts brésiliens sont qualifiés.
Julien Charlier espère ne pas devoir se battre pour le maintien jusqu’en fin de championnat avec Tamines, où les deux renforts brésiliens sont qualifiés. ©EdA - Christophe Béka

Depuis le 13 novembre, Tamines n’a plus connu la moindre victoire. Ce jour-là était la grande première de Tibor Balog sur le banc. L’entraîneur hongrois et les siens sont toujours en quête d’un second succès. Problème: la 5e pire attaque du championnat n’arrive pas à faire trembler les filets. Ce manque de réalisme contraint la Jeunesse à revoir ses objectifs. À l’issue de la courte défaite à Manage, Balog avait affirmé qu’ils allaient devoir lutter pour éviter la relégation. "Je suis d’accord avec cela, confirme Julien Charlier. Actuellement, on regarde plus vers le bas que le haut. On pense plus à prendre un maximum de points qu’à remporter une tranche. Mais tout peut aller très vite, on l’a montré l’année passée. Si on enchaîne quelques victoires, on pourra à nouveau regarder vers le haut". Face à Mons, Becquevort et Bojovic seront absents tandis que Leemans est incertain. Un secteur défensif qui devra sans doute être remodelé. Une adaptation à laquelle Mons fait également face. "Ils ont quelques nouveaux joueurs. Ils doivent encore s’acclimater. Je pense donc que c’est mieux de les affronter ce week-end que dans plusieurs semaines, conclut le milieu de terrain taminois. Nous avions gagné à l’aller en formant un bon bloc."

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...