Le cas « Pasque » et ses… 538 victoires

Selon sa carte d’identité, Fabrice Pasque a 46 ans. " Mais dans ma tête, j’en ai à peine une petite vingtaine ", s’amuse d’emblée le passionné de course à pied. Depuis 1991, le sport, l’athlétisme, fait partie intégrante de sa vie. " J’ai commencé en faisant des marches Adeps avec mon papa et mon parrain. Deux ou trois kilomètres, c’était déjà une montagne à gravir ", raconte celui qui prend maintenant son pied à gravir ces montagnes, puisque depuis 2007, le trail est devenu son " dada ".

A.G.
Fabrice Pasque
Fabrice Pasque

Il faut remonter à ses débuts pour comprendre le "cas Pasque". "Ma première course, c’était à Vitrival. J’ai terminé 100e sur 107 concurrents, en pleurant, me demandant pourquoi on s’infligeait cela. Je décide pourtant de m’obstiner. Chaque année, je m’aligne aux 10 Miles de Charleroi, et je vois le chrono évoluer. À mes débuts, je mets 1h35 pour parcourir les seize kilomètres. Je commence à m’entraîner, mais un peu n’importe comment. Je progresse: 1h21, 1h07 et puis, 57 minutes lors de mes 16 ou 17 ans, sous les couleurs du RT Chatelet, à l’époque".

Sous les conseils d’Edgardo Foschi, à l’UAC, et puis de Paul Timmermans à l’ESM, Fabrice progresse à vitesse V-V'. Il commence à décrocher des victoires, sur des courses populaires, dont la première, en 1995, à Dourbes. Et ses victoires, il les compte. Dimanche dernier, au Trail de la Vallée de la Thyria, il signe son 538e succès, la preuve d’une certaine longévité. "Je crois que je peux dire que j’ai une sorte d’addiction à la victoire. Pour moi, la course à pied est un antidépresseur naturel à essayer à tout prix. Tant que la santé me le permet, je compte bien continuer à courir car je me sens encore bien, et j’ai ce besoin de défis", clôture Fabrice, qui apprécie également transmettre sa passion, son expertise et son expérience.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...