Brouwaeys: « On avait prévu un pic de relance entre les fêtes »

Empêché de revenir par les grèves sévissant dans le transport aérien, c’est depuis le sud de l’Espagne que Lionel Brouwaeys a suivi le match de reprise de ses ouailles. " Tous les vols étaient annulés. Le premier que j’ai trouvé était fixé à ce mardi ", évoque le coach onhaytois, qui a profité de son séjour dans la région de Murcie pour aller voir des entraînements et match d’équipes pros, en stage sous le soleil. " J’ai notamment assisté à un amical entre Wolfsburg et Berlin. Ce samedi, je disposais d’un écran de 1,5 mètre pour suivre notre match contre le Pays Vert en direct, tout en restant en contact avec Fredo et nos vidéastes, via les oreillettes. J’ai rectifié certaines choses et indiqué les changements à faire. J’avais aussi préparé le scouting habituel. Et puis, cela fait cinq ans qu’on travaille ensemble, on sait comment ça fonctionne. On a aussi un groupe assez mature, qui vit bien. Une bonne expérience, d’autant qu’on a gagné. "

M.B.

Le T1 de l’Agauche sait que la prestation n’a pas été parfaite. "Ce fut un match moyen de notre part. On n’a pas toujours bien défendu, on manquait d’agressivité. Et il a fallu un peu de temps pour résoudre le problème rencontré au milieu de terrain, avec leur triangle inversé. Mais je suis content, compte tenu du fait qu’on nous a fait rejouer une semaine après le réveillon. On voit d’ailleurs que plusieurs grosses équipes ont perdu des points ce week-end. Après les fêtes, il faut quinze jours pour remettre les organismes en route. Une trêve normale est nécessaire. Cette décision, c’était une ineptie de plus. Et ce, même si on a changé de méthode chez nous, en coupant les vacances en deux, pour prévoir un pic de relance entre les deux fêtes. Physiquement, on était d’ailleurs bien."

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...