Corrida de Ciney (vidéo): Paquet victorieux, déçu du chrono

Pas moins de 1000 concurrents sont au départ, ce vendredi soir, de la 33e édition de la mythique Corrida de Ciney, remportée par Labar et Paquet.

Amandine Gilson

Elle fait partie des rendez-vous de fin d’année. Elle, c’est la 33e édition de la Corrida de la Saint-Sylvestre, organisée par le club d’athlétisme cinacien, l’Arch. Que cela soit pour un défi annuel pour certains, un rendez-vous immanquable pour tenter d’améliorer son chrono pour d’autres, ou encore pour ajouter son nom au palmarès ô combien prestigieux de cette épreuve, la Corrida de Ciney plaît. Cette année encore, ils sont tout pile 1 000 coureurs, entre les benjamins, les pupilles, les minimes et les cadets, les participants du 5 kilomètres et ceux du 10, à prendre le départ.

Place Monseu, 19 h 30, le départ du 5 kilomètres est donné. La start list est impressionnante. Entre les fers de lance du club, comme Nicolas Houtart ou encore Clément Labar, et les autres, comme Alexandre Blachère, le niveau est relevé. Deux boucles de 2,5 kilomètres sont à parcourir. Après la première boucle, Clément Labar prend déjà les commandes. Très en forme ces dernières semaines, comme il le prouve sur les cross provinciaux, l’Archer, spécialiste du 3 000 mètres steeple, s’impose avec aisance devant Alexandre Blachère et Nicolas Houtart. Chez les dames, record battu pour Aline Gérardy. Malgré une opération des dents de sagesse il y a quelques semaines, et des doutes ces derniers jours quant à la forme du moment, Aline bat son propre record de 4 secondes, avec un chrono de 18.05 minutes. Eve Delmée et Julia Bodart complètent le podium.

Pluie et vent au rendez-vous

Quarante-cinq minutes plus tard, le peloton du 10 kilomètres est au taquet. Quatre boucles, à courir entre les gouttes et le vent sont au programme. Quatre hommes semblent au-dessus du lot: Amaury Paquet, second l’an dernier derrière Ismaël Debjani, qui compte bien décrocher la victoire, est le favori. Florian Howet est à domicile et veut décrocher une place sur le podium mais il risque d’avoir Bastien Marinx et le traileur Daniel Fagi dans les pattes. Au bout du compte, pas de chrono battu pour Amaury (30.31) mais une victoire avec 31 secondes d’avance. La bagarre est belle pour la seconde place. C’est Daniel qui la décroche, devant Bastien Marinx.

L’impressionnante Chloé Herbiet, déjà victorieuse l’an dernier, devance l’Allemande Sonja Vernikov et se classe huitième. Amélie Bihain monte sur la troisième marche.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...