Nicolas Deppe veut au moins un 6 sur 12

Blessé à l’omoplate durant une bonne partie du mois d’octobre, Nicolas Deppe a fait son retour dans le noyau fagnard la semaine dernière à Onhaye. " J’ai encore quelques petites gênes, mais ce n’est rien, cela ne m’empêche pas de courir ou d’aller travailler (NDLR: il est kinésithérapeute), déclare le médian mariembourgeois qui retrouve un coach qu’il connaît, Fabrice Lebrun. C’est lui qui nous a fait venir mon frère et moi de l’Olympic à l’époque où il était coordinateur des jeunes carolos. J’étais en équipe première et mon frère en espoirs, ensuite nous sommes venus ici à Couvin . " Le nouvel entraîneur fagnard a déjà apporté quelques changements dans l’effectif. " Il a imposé quelques règles, changé deux ou trois petites choses, c’est vraiment pas mal ", ajoute Nicolas.

J.Ma
 Nicolas Deppe n’est pas encore à 100%, mais son retour fait du bien au noyau fagnard.
Nicolas Deppe n’est pas encore à 100%, mais son retour fait du bien au noyau fagnard. ©ÉdA – 60234630899 

La semaine passée, le déplacement compliqué à Onhaye s’est soldé par un revers, 1-3. "Honnêtement, nous méritions mieux, regrette Nicolas. On tient le 1-1 jusqu'à la 80e. C’est dommage mais doit se reprendre dès ce samedi à Tournai." Avec un objectif chiffré déjà clair jusqu’à la fin d’année civile. "Après, on enchaîne Leopold, Aische et le Crossing. On doit sortir de là avec un 6 sur 12. Comme je l’ai dit en début de saison, hormis quelques équipes qui sortent du lot, tout le monde peut battre tout le monde", conclut le Fagnard.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.