R2B Dames: Boninne se fait très peur mais s’impose (photos)

Chez elles, les Natoyennes ont été défaites sur le fil dans le derby namurois de la série lors de la venue des filles de Boninne.

Philippe GUION

Natoye 58 - Boninne C 59

15-9, 8-22, 14-18, 21-10.

NATOYE: Leroy 4, Igot 8, Dehon, Bothy 9, Demoulin 6, Jacques 7, S. Clabodts 6, E. Clabodts 16, Bernard, Gilson.

BONINNE: Libertiaux 3 (1x3), P. Delveaux 10 (1x3), Noël 12, Houthuys 6 (2x3), C. Delveaux 2, Germiat 11 (1x3), Virlée, Naveau 8, Gilson 7.

Les deux formations namuroises, en quête de relance, sortent directement les crocs dans ce derby. Au cœur d’une belle adversité et d’un bel engagement, Natoye se montre oppressant en défense avant de partir en transition (8-3, 3e). Ensuite, la maladresse est plutôt reine. Beaucoup d’options de marquer se présentent mais peu sont concrétisées. C’est 15-9 à la 10e.

Après le premier break, les Boninnoises s’offrent un véritable temps fort. Elles haussent leur agressivité et trouvent les espaces dans la raquette adverse. De son côté, Natoye perd le fil. Il force ses tirs, peine à contrôler le rebond et multiplie les pertes de balle (17-22, 15e). Le coach Louis Crevits décide alors de passer en zone, et cette tactique fonctionne dans un premier temps. En effet, Natoye renoue avec le contrôle du rebond et retrouve de l’assurance en attaque. Or, dans un second temps, Boninne déjoue cette zone et punit à distance. C’est 23-31 à la mi-temps.

Sur base de cette belle première période, les "Jaunes" prennent confiance et continuent ainsi sur leur lancée, avec notamment Naveau, qui trouve sa place sous l’anneau (27-39, 24e). Pendant ce temps, Natoye augmente en intensité mais galvaude toujours autant. Ses efforts sont vain. Le score évolue en faveur de Boninne: 37-49 après trente minutes.

La course-poursuite est lancée. Alors que les filles de Perrine Drygalski s’engouffrent dans les espaces au sein de la défense laxiste natoyenne, les sœurs Clabodts entretiennent le suspense (45-53, 34e). Avec l’appui du public, Natoye jette ses dernières forces dans la bataille et instaure un press tout-terrain. Fatigué, Boninne est contraint de céder quelques ballons. C’est 56-57 à quarante secondes du terme. Dans un final sous tension, les "Jaunes" parviennent à contourner le pressing, assurent aux lancers-francs ainsi qu’en défense, et s’adjugent in extremis une victoire méritée.