Des incidents regrettables mais mineurs, selon les fans namurois

Il se passe toujours quelque chose lors d’un derby et le duel entre Meux et Namur n’a pas fait exception.

B.J.
 Une bonne ambiance, malgré tout.
Une bonne ambiance, malgré tout. ©ÉdA – Christophe Béka 

Cet affrontement entre voisins a été animé et pas que sur le terrain. Dans les tribunes dédiées aux Namurois durant le match où les fumigènes ont manqué de faire perdre à leurs favoris tout le bénéfice de leur belle victoire mais aussi en dehors des installations, avec un feu d’artifice impromptu durant la partie et quelques légères dégradations à un véhicule au coup de sifflet final. Un membre du comité meutois a aussi été blessé en voulant faire cesser les activités de deux individus encagoulés. Hormis ces deux derniers faits peu sympathiques, les supporters namurois considèrent que cela fait partie du folklore surtout lors d’un derby. Un habitué du stade des Bas-Prés, Jean-Philippe Henderyckx, voulait relativiser. "L’ambiance avec les supporters de Meux était très bonne, entame-t-il. À ma connaissance, il n’y a eu aucune bagarre. Quant aux arrestations administratives, elles concernent quelques supporters qui ont voulu faire le forcing quand la police leur a interdit d’entrer dans la buvette après le match. Nous avions aussi des femmes et des enfants dans nos rangs. Un tel déploiement policier était pour moi excessif". Un autre fidèle entre les fidèles Namurois abonde dans le même sens. "Je me suis promené dans le stade pour prendre des photos. Je n’ai vu aucun fumigène sur la pelouse même si je comprends que la fumée sur le terrain puisse déranger. Il n’y a pas de supérieur hiérarchique dans nos groupes de supporters et on ne peut pas contrôler tout le monde. D’autant plus que les fans sont plus nombreux lors d’un derby. Ces arrêts de match peuvent être perturbants et nous avons ensuite veillé à ne plus voir de fumigène craqué. Ce n’est pas courant dans le foot namurois une telle ambiance et nous n’avions pas l’habitude de gagner contre Meux" conclut-il.