Rien d’autre qu’une victoire au programme

« Rome ne s’est pas faite en un jour ». Cette citation célèbre dont la francisation « Paris ne s’est pas fait en un jour » conviendrait probablement mieux au néocoach français, Cédric Fauré, aurait pu être la ligne de conduite raisonnable et avisée des ambitions namuroises. Malheureusement, les Unionistes devront composer avec une dose de pression supplémentaire. Une pression non perceptible en semaine où les séances se sont bien passées avec beaucoup de travail pour mettre le nouveau système de jeu de l’ex-attaquant, porté vers l’offensive. Avec une répétition grandeur nature aux Bas-Prés lors de la dernière séance d’entraînement de vendredi. Un stade que connaît bien le nouveau T2, le sympathique Pierre Salme, désigné cette semaine comme adjoint. L’ex T2 de Vincent André soutiendra le leitmotiv de son T1, prônant plus de solidarité et de sueur pour le collectif. Reste à résoudre le manque d’efficacité, un mal récurrent difficile à résorber avec un attaquant blessé, un autre en manque de rythme et un dernier aligné mais convalescent. Car rester muet devant le but est plus dommageable que le rester vis-à-vis de la presse. Comme avant la visite de Stockay, les hommes de Cédric Fauré pourront miser sur leur esprit de compétiteurs pour venir à bout d’un adversaire qui a contraint dernièrement les solides binchois au partage.

J. MA.

"Rome ne s’est pas faite en un jour". Cette citation célèbre dont la francisation "Paris ne s’est pas fait en un jour" conviendrait probablement mieux au néocoach français, Cédric Fauré, aurait pu être la ligne de conduite raisonnable et avisée des ambitions namuroises. Malheureusement, les Unionistes devront composer avec une dose de pression supplémentaire. Une pression non perceptible en semaine où les séances se sont bien passées avec beaucoup de travail pour mettre le nouveau système de jeu de l’ex-attaquant, porté vers l’offensive. Avec une répétition grandeur nature aux Bas-Prés lors de la dernière séance d’entraînement de vendredi. Un stade que connaît bien le nouveau T2, le sympathique Pierre Salme, désigné cette semaine comme adjoint. L’ex T2 de Vincent André soutiendra le leitmotiv de son T1, prônant plus de solidarité et de sueur pour le collectif. Reste à résoudre le manque d’efficacité, un mal récurrent difficile à résorber avec un attaquant blessé, un autre en manque de rythme et un dernier aligné mais convalescent. Car rester muet devant le but est plus dommageable que le rester vis-à-vis de la presse. Comme avant la visite de Stockay, les hommes de Cédric Fauré pourront miser sur leur esprit de compétiteurs pour venir à bout d’un adversaire qui a contraint dernièrement les solides binchois au partage.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.