Le Guérit, c’est définitivement terminé

La nette baisse de fréquentation des courses au fil des ans aura eu raison du challenge qui disparaît donc après 39 ans d’existence.

 Les coureurs ne porteront désormais le dossard du challenge Guérit.
Les coureurs ne porteront désormais le dossard du challenge Guérit. ©ÉdA – 60247198612 

Dans la foulée du marathon-relais de Petite-Chapelle a eu lieu samedi soir la remise des prix du challenge Guérit. Lors de celle-ci, Michaël Dubois a lâché une petite bombe: le challenge Guérit, c’est définitivement terminé ! "Notre petit comité a en effet décidé de mettre un terme à l’aventure du challenge", a-t-il annoncé. Les raisons sont multiples et notamment le taux de fréquentation des courses qui était depuis quelques années, mais surtout depuis celle-ci, en chute libre. Certaines d’entre elles n’atteignaient pas la barre des cent participants. "Le covid s’est invité en 2020 mais nous n’avons pas voulu finir comme ça. Les courses pour confinés nous ont permis de garder un peu le rythme. Puis est venue la saison 2022, saison de la reprise où nous avons cru que l’abstinence forcée allait provoquer un regain d’énergie. Il n’en fut rien et les pelotons de nos courses ont montré dans l’ensemble un visage jamais vu auparavant. Cette réalité ne permet plus au challenge de fonctionner."

Il y a aussi l’aspect pécuniaire, non négligeable. "Chaque organisateur de course investit une somme d’argent dans le challenge pour en faire partie. Auparavant, cette présence dans le calendrier du challenge lui assurait un taux de participation honorable qui justifiait la démarche. Or avec des pelotons de 50 coureurs, le partenariat ne fonctionne plus. Et sans cette participation des organisateurs, la remise de prix finale ne saurait plus exister de manière décente."

Vient ensuite une autre réalité, la question de l’énergie et de la motivation nécessaires pour les personnes qui font vivre le challenge, que beaucoup surnommaient le "petit Delhalle" de par la beauté de ses parcours. "L’accumulation des années, ça use ! Bon nombre de personnes se sont succédé à la manœuvre: Rémy Vanderheyden, Robert Staff et sa femme Denise, l’emblématique Jules De Grande, William Peters, Luc Lust, Michel Guérit, Paul Gallois, plus récemment Jean-Claude et Claudine, moi accessoirement et bien entendu Léon Poncelet, qui est impliqué depuis la première heure. L’usure des années de disponibilité, les difficultés à maintenir le cap, la fréquentation dans les courses en berne, la réalité des chiffres: tout cela fait que nous sommes arrivés au clap de fin."

Les courses organisées hors challenge ?

Lors de son discours, Michaël Dubois a tenu à rappeler à quel point cette belle aventure qui prend fin aujourd’hui a été formidable: des générations de coureurs et de familles de coureurs qui ont vécu leur passion au travers du challenge mais aussi des organisateurs de courses qui, par leur confiance accordée au Guérit, lui ont permis d’exister durant près de quarante ans. L’arrêt du challenge n’empêchera pas les courses d’encore exister: Léon Poncelet et sa petite équipe sont toujours disponibles pour chronométrer les événements. "Nous espérons ainsi que les coureurs de la région continueront à chausser les baskets et surtout à faire vivre le peloton !"

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...