Moniquet: «Motivé à fond pour bien faire!»

Le jeune Namurois Sylvain Moniquet a tenté de partir à nouveau dans l’échappée, ce jeudi, au Giro.

-
 L’Andennais est bien décidé à saisir les prochaines opportunités qui se présenteront sur ce tour d’Italie.
L’Andennais est bien décidé à saisir les prochaines opportunités qui se présenteront sur ce tour d’Italie. ©Photo News

Sylvain Moniquet a bouclé cette douzième étape du tour d’Italie, disputée entre Parmes et Gênes, en 62eposition. Avec un sentiment de déception en franchissant la ligne d’arrivée. "Avec le profil de cette étape, qui était compliquée, on savait que l’échappée irait sans doute au bout", explique le jeune grimpeur namurois. "J’étais vraiment dans tous les coups en début de course. Je me sentais super bien, j’avais de bonnes jambes."

Mais il n’a pas trouvé le bon mouvement et la bonne échappée du jour est partie sans lui. " Il m’a malheureusement manqué cinq secondes" , déplore le coureur de Lotto-Soudal. "Vu que j’avais un coéquipier à l’avant (NdlR: l’Allemand Michaël Schwarzmann, qui a terminé 17e), je ne suis pas sorti en contre derrière. Mais j’étais un peu déçu, oui, de ne pas avoir été dans la bonne échappée."

Qui aurait été sa troisième fugue réussie, après celle sur l’étape de l’Etna (4e) et celle de Naples (14e). "Mais je ne dois pas me morfondre", poursuit Sylvain Moniquet. "On voit que j’ai progressé, quand je suis déçu de ne pas avoir pris une échappée sur le Tour d’Italie. Je sais aussi qu’il reste de belles étapes, avec de belles opportunités. Je suis motivé à fond, pour bien faire!"

Ce vendredi, la treizième étape partira de Sanremo pour se terminer à Cunego, au bout de 150 kilomètre, avec une longue montée classée en troisième catégorie dans le premier tiers de cette journée.