Le réalisme meutois fait encore recette

Meux n’a eu besoin que de deux occasions pour mener. Verlaine, aussi, a eu deux buts au bout du pied. Mais les a loupés. C’est la différence.

Alain GILLES
 Les Verlainois n’ont jamais réussi à tromper les Meutois.
Les Verlainois n’ont jamais réussi à tromper les Meutois. ©Heymans 

Verlaine 0 – Meux 2