Un doublé pour Julie Piron

Malgré une participation à la baisse, l’édition 2021 du tournoi des jeunes de Géronsart reste le rendez-vous incontournable de la région.

Un doublé pour Julie Piron
Emeline Roberfroid et Julie Piron en finale JF -11 1. ©ÉdA
P.B.

Le tournoi des jeunes du TC Géronsart correspond habituellement à la fin de la saison tennistique pour la majorité d'entre eux, même si exceptionnellement cette année, les interclubs des -15 et -17 se déroulent tout le mois de septembre. Une dernière compétition avant la rentrée des classes, mais c'est sans doute la dernière fois que le tournoi aura lieu aussi tard dans l'année. Thierry Marot nous en explique la raison: « Dans ce cas bien précis, je parle en tant que juge-arbitre mais également en tant que responsable sportif à l'AFT. La rentrée des classes sera avancée en 2022 et, du coup, il va falloir trouver une autre date, sinon le club devra se contenter d'une faible participation. Mais changer la date ne sera pas évident compte tenu du calendrier.» Bref, un petit casse-tête en perspective pour la fédération. Mais revenons à la compétition 2021, qui a réuni un peu plus de 230 joueurs: « C'est une participation à la baisse car on naviguait à hauteur de 300 la saison dernière. Mais manifestement, c'est un peu la tendance générale.» Arthur De Greef et Caroline Huet se sont relayés auprès de Thierry Marot, histoire de se préparer pour la prochaine saison mais notre petit doigt nous dit qu'on reverra encore ce dernier à l'occasion («Si on me le demande, je suis toujours prêt à donner un coup de main.»). Quant au tournoi en lui-même, il n'a pas débouché sur d'énormes surprises. En majorité des jeunes filles et garçons qui se sont distingués durant tout l'été étaient bien là, à l'image de Julie Piron, lauréate en JF -11 1 et JF -13 2. Néanmoins, certains joueurs étaient absents. Étonnant quand on connaît l'importance d'un tournoi comme Géronsart, peut-être le plus important chez les jeunes dans la province: « L'AFT organisait un stage à Mons et a demandé à certains d'entre eux d'y participer», explique diplomatiquement Thierry Marot.