Le derby bruyérois à la trappe

Le derby bruyérois, un rendez-vous attendu entre Emines et Saint-Denis, a malheureusement tourné court en étant sanctionné d’un forfait à l’encontre des Eminois en manque de joueurs.

J.-M. L.
Le derby bruyérois à la trappe
Faute d’arrangement, les Eminois ont dû déclarer forfait. ©ÉdA

Outre des joueurs blessés, certains manquaient à l’appel car désireux de respecter des engagements conclus depuis belle lurette. «Bertrand Debourg et moi-même participions à une activité sportive de VTT, supprimée l’an dernier pour cause de Covid, et à l’égard de laquelle on s’était engagé, précise le capitaine Mike Denis. Avec le retour escompté de Jonathan Baudine, qui acceptait de jouer avec une attelle avant sa prochaine opération, nous avons proposé cinq dates dont trois vendredis et deux samedis mais toutes refusées. Cela est d’autant plus incompréhensible et surtout affligeant quand on sait que nous avions accepté de déplacer la lutte aller au vendredi à 18h.» Saint-Denis réfute une mauvaise foi tout en regrettant cet état de fait. «Nous avons également proposé des dates et notamment un dimanche et un samedi en septembre mais cela ne leur convenait pas, rétorque Séba Massart. Jouer un vendredi dès 17h30 est très compliqué car, outre le retour à l’école, des joueurs travaillant sur chantier ne peuvent se libérer pour être présents au moins à 17h. Par contre, c’est plus facile de jouer le vendredi soir à 18h au mois de juillet comme à l’aller.» Ce dialogue de sourds aurait peut-être dû être arbitré par le comité Dinamo à l’instar du conflit qui avait opposé Havrenne à Saint-Servais dans le même registre.