Quand le chat n’est pas là…

Dernier vainqueur en date et seul étranger à s’être imposé à Jambes, le Néerlandais Kevin Abbring ne sera malheureusement pas de la partie cette année.

Q.C.
Quand le chat n’est pas là…
En l’absence de Kris Princen, Vincent Verschueren pourrait se rapprocher en tête du championnat. ©Q. Champion

Et, sauf miracle, son gentleman driver de compatriote Edwin Schilt (Fabia R5) ne devrait pas être en mesure de l’emporter. Dimanche, sur le coup de seize heures, la victoire sur ce 35e rallye de Wallonie sera donc vraisemblablement revenue dans le camp belge. Outre Schilt, quinze autres voitures de la catégorie R5 seront au départ. En plus des régionaux annoncés ci-dessus, quelques autres pilotes de chez nous ont de bonnes chances de briller. Ce sera évidemment le cas du Champion de Belgique en titre, Vincent Verschueren (Fabia R5). Deuxième au Haspengouw et au TAC mais absent à Spa, le Flandrien voudra profiter de l’absence de Kris Princen, leader provisoire de la compétition, pour recoller au classement général. Sur sa route, il trouvera un Cédric Cherain qui doit se racheter après un début de saison catastrophique (grosses sorties de route à Landen et Spa). Pour l’occasion, le Soumagnard retrouvera lui aussi une Skoda Fabia. Dans un bon rythme à Tielt, les jeunes Pieter Jan Michiel Cracco et Achiel Boxoen espèrent éviter les pièges sur un parcours qui leur est nettement moins familier. Dans le clan Ford, ils seront rejoints par Philip Cracco, la père de «PJM». Enfin, déjà vu chez nous en Mitsubishi Lancer, Martin Van Iersel apportera un peu de diversité avec sa Hyundai i20 R5. Cet autre Néerlandais aimerait avant tout retrouver les joies de l’arrivée, lui qui reste sur une série de deux abandons en autant de courses aux Pays-bas en 2018, et qui n’a vu l’arrivée du rallye de Wallonie qu’à une seule reprise (2016, 49e ) en sept participations.