Benoit Allart : « Un rallye que j’adore »

Même s’il n’a que très peu évolué depuis quelques années, le parcours de la quatrième manche du Championnat de Belgique séduit toujours autant de pilotes.

Q.C.
Benoit Allart : « Un rallye que j’adore »
Wallonie 2016 - Le point sur le parcours ©ÉdA

Ex-espoir belge de la monoplace au début des années 2000 et depuis reconverti dans le rallye, Benoit Allart a son avis sur le sujet. «Les spéciales du Wallonie sont certes très rapides dans l’ensemble mais elles sont aussi très variées. On passe par exemple de longues courbes naturelles typées «circuit», avec parfois de belles cordes à Wartet, à des traversées de village nettement plus techniques comme dans Natoye. Tout cela avec un niveau de grip bien souvent supérieur à celui que l’on retrouve par exemple au Condroz, le tout sur un terrain relativement peu cassant.» Mais gare aux pièges une fois que les averses orageuses printanières font leur apparition. «Effectivement, s’il se met à pleuvoir, cela se complique. Les vitesses moyennes restent très élevées mais les freinages deviennent nettement plus délicats. Il s’agit de bien lire la route et de ne pas se tromper dans le choix des pneus. En 2015, je me suis révélé peu à l’aise sous la pluie du dimanche et les prévisions ne sont guère optimistes pour ce week-end. La bonne nouvelle cette année, c’est que j’ai pu réaliser une séance d’essai en conditions humides lors de laquelle j’ai pu compter sur les précieux conseils de l’ingénieur Fabio Lazzerini. J’ai ainsi pu peaufiner les réglages de ma Skoda Fabia WRC et affranchir mon pilotage sur le mouillé.»

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.