Un projet pharaonique

La minorité de 2021, même si elle n’est pas de même couleur que celle de 2006, emploie les quasi mêmes mots. De folie des grandeurs on est passé à «pharaonique».

Michel Motte

Le chef de file, Christian Meunier, a ajouté, «ce projet est un exemple de gaspillage et de mauvaise gestion des deniers publics,» engagé dans les derniers jours à la tête de la commune de Willy Borsus. Il qualifie aussi d’entourloupe qu’on ait détourné le SAR de son but: réanimer les sites industriels. Ici, il s’agit d’une exploitation agricole. «Je pensais qu’en signant la convention d’étude avec le BEP (quelques dizaines de milliers€), on allait avoir une étude de fond… Ceci, c’est du prestige. Ne serait-ce pas moins cher de construire du nouveau?»