Des projets abandonnés à cause d’une tutelle inflexible

Chef de groupe MR au Parlement wallon et bourgmestre de Somme-Leuze, Willy Borsus a de quoi raconter sur les difficultés des communes pour monter leurs dossiers. « D’une façon générale, la subsidiation n’est pas objectivée. Chaque ministre du gouvernement wallon tient à impulser sa politique et surtout conserver son pouvoir quant au fait de savoir à qui l’argent sera d’abord attribué », démarre le bouillant parlementaire. «Cela donne une gouvernance archaïque dans laquelle les Communes n’ont guère de poids ».

Dominique VELLANDE

Autre critique, les délais dans les appels à projet. «C'est intenable et totalement contradictoire avec une Région qui veut que les Communes planifient davantage, notamment via des Plans Stratégiques transversaux », commente Borsus.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.