« On avait déjà acheté le terrain »

À Noiseux, la commune avait déjà acquis le terrain pour la future école. Et à Erpent, les plans sont prêts depuis bien longtemps...

« On avait déjà acheté le terrain »
8950316 ©© EdA

Le son de cloche est le même que l'on se promène dans le village de Noiseux (Somme-Leuze) ou dans la bourgade d'Erpent (Namur). Là aussi, les communes avaient reçu une bonne nouvelle relative aux financements PPP. « La première promesse, elle avait été faite il y a cinq ans à la Communauté française », rappelle Willy Borsus, bourgmestre de Somme-Leuze. « Et cinq ans plus tard, il n'y a toujours aucun euro, ni de dépensé ni d'annoncé... » Pourtant, la commune a avancé dans son projet. « Nous avons acheté un terrain pris contact avec l'architecte et pensé l'école future avec l'équipe éducative. Et maintenant, tout est remis en question... », déplorait le libéral il y a quelque temps.Des sommes d'argent ont donc été investies au niveau local, jusqu'ici sans résultat. « Quand on interpelle le ministre sur la question, il estime qu'il est toujours en phase d'évaluation et de concertation. Après plus de 300 jours pour ce gouvernement, il serait temps de passer à la phase de décision... » À Namur, on a également pas mal phosphoré sur un futur projet qui réorganiserait les sites communaux de Jambes et d'Erpent. Tout est ficelé, tout est bien imbriqué. Avec consultation des chefs d'écoles, des enseignants, des parents. Ne reste plus que... le financement PPP repoussé désormais à la Saint-Glinglin. « Beaucoup de gens ont travaillé sur ce projet », soufflait récemment l'échevin Tanguy Auspert. « Pour l'école de Jambes II, le provisoire dure depuis 40 ans. Il est temps d'apporter du nouveau dans ce dossier », lâchait-il dans nos colonnes en mars 2009. Quinze mois plus tard, l'amertume est encore bien plus grande.

S.Hq.