Un élu FDF au conseil provincial namurois

Un élu FDF au conseil provincial de la province de Namur. Voilà ce qui doit être annoncé aujourd'hui par le FDF.

Un élu FDF au conseil provincial namurois
11339323 ©© -

André Piérard a 50 ans. Il siège au conseil provincial depuis le scrutin de 2006. Élu écolo dans le district électoral Dinant-Philippeville, il y occupait la tête de liste et avait récolté 492 voix de préférence. Les reports de case de tête lui avait permis d'être le représentant des Verts dans l'enceinte provinciale. Il habite actuellement la commune de Somme-Leuze.

C'est aujourd'hui que l'homme doit annoncer son transfert d'Écolo vers le FDF ! Voilà qui va mettre un peu plus de couleurs dans la vénérable institution provinciale.

On dit que l'homme n'était plus très à l'aise au sein de son groupe. Relativement discret mais pas pour autant inactif en quatrième commission, il n'apprécie visiblement pas monter au créneau en séance publique. Mais à côté de cela, il semble qu'il ne se retrouve plus en phase sur le terrain communautaire. Dont acte. Il s'en expliquera plus longuement aujourd'hui.

Indépendant mais étiqueté FDF

Dans les faits, il devrait donc siéger comme indépendant avec l'étiquette FDF. Mais à lui tout seul, c'est insuffisant pour être reconnu comme « groupe » politique. Bref, l'homme risque de se retrouver un peu isolé dans cet hémicycle même si la proximité physique y est bien réelle.

Loin d'être sûr qu'il sera accueilli parmi les élus MR qui ne voient pas d'un bon oeil toute incursion du Front démocratique des Francophones sur le territoire wallon.

Bref, le voilà bien tout seul. Et on peut parier aussi que du côté de chez écolo, on risque de se raidir sérieusement. C'est un représentant en moins dans l'assemblée mais aussi en commission sans oublier que c'est aussi un peu moins de dotation annuelle pour le groupe. Cette dotation étant accordée en fonction du nombre d'élus.

Il risque d'y avoir une voix ou l'autre qui pourrait lui réclamer la remise de son mandat de conseiller obtenu sous la bannière verte...

Mais ça, pas sûr qu'André Piérard n'obtempère à ce genre de proposition... Déjà que la manoeuvre de transfert est audacieuse politiquement, céder son mandat serait tout simplement du suicide.

Travailler sa visibilité

Soit, ce chef technicien de la SNCB qui est un fervent partisan de la réouverture de la ligne Dinant-Givet et un défenseur de l'enseignement technique et professionnel va devoir travailler sa visibilité.

Pour le groupe écolo, sept élus, c'est un petit séisme qui doit en rappeler un autre, nettement plus important, qui avait secoué le groupe lors de la législature précédente où quatre conseillers avaient pris leur distance avec le groupe ! Ici, les rangs semblaient s'être resserrés. C'était sans compter avec la surprise FDF. A. J.