Rochefort : des «pirates» de l’accueil bien utiles mais sans cadre légal

C’est une « maison pirate », hors des clous administratifs. Un policier à la retraite va marcher pour elle.

EMMANUEL WILPUTTE
 Refuge de la dernière chance de personnes totalement larguées, mais sans cadre légal.
Refuge de la dernière chance de personnes totalement larguées, mais sans cadre légal. ©EDA E.W.

L’ASBL est basée à la rue du Hableau, à Rochefort. Nous y sommes accueillis par Éric Maes, éducateur spécialisé à la retraite qui la gère en tant que bénévole. Également présent, Fabien Houlmont, ancien de la police judiciaire fédérale, récemment pensionné. Il fait partie de ceux qui soutiennent cette structure assez unique, mais qui n’entre dans aucune case administrative. Voilà pourquoi, d’ici quelques jours, l’ancien flic a décidé de marcher 150 km en se faisant parrainer. Pour sensibiliser à l’utilité d’un tel lieu et au sort de ses résidents. Parmi ces derniers, d’anciens détenus, d’ex sans-abri etc. Des types que l’on envoie ici car il n’y a aucune possibilité ailleurs.