Rochefort fusille les Armuriers dans le money-time

Les Herstaliens, qui ont perdu Benothman et El Guendi sur blessure, ont eu les opportunités d’égaliser dans les arrêts de jeu.

Emmanuel Thyssen
Rochefort fusille les Armuriers dans le money-time
Anthony Di Lallo et les Rochefortois ont progressé dans le jeu par rapport au premier tour. ©ÉdA – Christophe Béka

Herstal 1 – Rochefort 2

Arbitre: Boulanger

Cartes jaunes: Ljubic, Sylla, Farid, Leleu, Bertrand, Bernard.

Buts: Diallo (1-0, 23e), Rentmeister (1-1, 69e), Thomas (1-2, 89e).

HERSTAL : Fillieux, Dongala, Audoor, Sylla, Mahamat Bello, Benothman (20e Farid, 90e Peso), Goblet, Ljubic, El Guendi (26e Wojciechowski, 75e Sixset), Wanderson, Diallo.

ROCHEFORT : Jaa, Leleu (59e Étienne), Rentmeister, Piette, Bernard (20e Thomas), Sarr, Senga, Sbaa, Walbreq (86e Ouedraogo), Lambert, Bertrand.

Ce duel pour le haut de tableau s’est terminé sur une fausse note, avec des propos mal choisis de joueurs de Rochefort quant à l’état du terrain, jugé volontairement à la limite du praticable ainsi que des paroles inappropriées du président herstalien ensuite.

Au final, l’arbitre de la rencontre va dresser un rapport à l’encontre de Sarr et Wojciechowski, trop impulsifs.

Mais, avant, il y a eu un duel. Bien et mal entamé par les troupes de Yannick Pauletti. "On se ménage deux situations de but (Walbrecq et Sbaa) avant de concéder le but sur la seule demi-occasion de nos hôtes lors du premier acte."

Heureusement pour Pauletti et ses troupes, il existe une deuxième mi-temps. Mise à profit afin d’empocher, sur le fil, un important succès. "On a été contraint de travailler le mental des joueurs car il n’est jamais aisé d’inverser la tendance lorsque l’on est mené sur une pelouse difficile à maîtriser. La victoire me semble méritée au vu du jeu développé : la volonté de jouer au foot l’a emporté. Proposer du jeu sur un tel terrain, il fallait oser le faire. Cela nous permet de démarrer 2022 de manière intéressante et ce premier match m’a permis de voir des améliorations par rapport au jeu proposé lors du premier tour."

Les croisés pour Gilles Bernard?

Si le seul vrai regret du coach est d’avoir perdu Gilles Bernard sur blessure (on craint une nouvelle déchirure des ligaments du genou), Yannick Pauletti émet un petit bémol. "Ma seule frustration sur ce match tient à la manière dont on a inscrit nos deux buts sur des actions non construites (sur phase arrêtée puis sur une passe en retrait mal ajustée) alors que l’on a dessiné de beaux mouvements non conclus." Notamment grâce à deux interventions de Fillieux devant Walbrecq et Étienne.

Rochefort est reparti du bon pied, même si les arrêts de jeu ont failli conduire à une égalisation…