Il y a urgence aux urgences

À l’occasion du conseil communal et sur demande du conseiller Arthur Zabus, le conseil communal unanime a approuvé une motion réclamant «le maintien et la continuité des services hospitaliers urgents de l’hôpital de Marche».

M. M.

À l’origine de cette motion, le départ (qui n’est pas nouveau, nous a-t-on dit) des médecins urgentistes de cet hôpital vers des salaires plus intéressants au Grand-Duché, à Bastogne ou à Libramont. En cause, le salaire (et les primes) de ces médecins, souvent indépendants. Cinq sur neuf ont démissionné. Il y a donc un risque de fermeture de ce service.