À Évelette, des citoyens pour épauler la police et prévenir tout risque

Cinq quartiers d’Évelette sont désormais sous bonne garde avec le PLP (pour Partenariat Local de Prévention). Objectif: prévenir plutôt que guérir.

Catherine Dethine
À Évelette, des citoyens pour épauler la police et prévenir tout risque
À l’entrée du village d’Évelette, un panneau «Les voisins veillent» officialise le partenariat. ©ÉdA – 501219603438

Soumis à l’approbation des membres du conseil communal en janvier dernier, le PLP (Partenariat Local de Prévention) d’Évelette entre bientôt dans sa phase opérationnelle avec la signature du protocole par des citoyens, la police des Arches et la commune. Une initiative qui, pour la localité, se concrétise par la désignation des coordinateurs et de leur adjoint respectif en charge des quartiers d’Évelette-centre, d’Eve, de la Bouchaille et de Libois-Tahier.

À l'origine de ce projet: une série de vols et de petits délits perpétrés dans la localité en 2019. Afin de prévenir ce type de criminalité, la formule proposée par le PLP permet de faire le relais entre les citoyens et la police locale. Une forme de «poste avancé» qui permet aux policiers de pouvoir intervenir en cas de problèmes rencontrés sur la localité. Le signalement d'un véhicule suspect, la présence inhabituelle de personnes dans des lieux isolés, etc. peuvent faire partie des cas rencontrés.

 La zone de police des Arches (au côté du bourgmestre Christophe Gilon) a un appui à Evelette.
La zone de police des Arches (au côté du bourgmestre Christophe Gilon) a un appui à Evelette. ©ÉdA

Comme l'explique Bruno Vanhees, chef de corps faisant fonction de la police des Arches, «il n'est pas question de monter une milice privée ni de régler des conflits de voisinage.» Les coordinateurs et leur adjoint respectif ont fait l'objet d'une sélection et d'une formation spécifique afin d'apporter une réponse adéquate aux questions que se posent les riverains des quartiers concernés.

Personnes de contact

D'un point de vue pratique, prochainement, les habitants d'Évelette vont recevoir un toutes-boîtes explicatif sur le PLP et les coordonnées des personnes-relais pour chaque quartier. C'est à eux qu'il faudra donc s'adresser si on estime qu'il y a un problème. «C'est un véritable système de communication qui se met en place.», commente Bruno Vanhees. Une fois l'info reçue, le coordinateur ou son adjoint informe la police, en l'occurrence l'agent de quartier ou encore le chef de poste.

Un relais non-négligeable si l’on sait que la zone de police des Arches (qui regroupe les communes d’Ohey, Andenne, Gesves, Assesse et Fernelmont) compte pas moins de 52 000 habitants sur son territoire. La formule du PLP est particulièrement appréciée dans la zone puisque pas moins de 14 partenariats sont en place sur le territoire des Arches. En commun? Un caractère rural, voire semi-rural où certains quartiers isolés sont souvent la cible de vols.

En cas de problème urgent, il ne faut pas tergiverser: c’est le 101 ou le 112 sans passer par le bourgmestre qui, de toute manière, contactera un de ces numéros. Pour le reste, le PLP est la voie à suivre. Certains partenariats ont même mis en place une page Facebook spécifique qui peut permettre à chacun de fournir ses informations.

Ce qui semble visiblement bien marcher.