Une erreur transformée en opportunité

Comme l’a rappelé le Premier échevin Didier Hellin : « Il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne font pas d’erreur ! Dans ce cas-ci, il s’agissait d’une mauvaise lecture de la parcelle cadastrale. Sur le terrain, une autre difficulté nous attendait : le cours du ruisseau ne correspondait pas à celui qui était dessiné et il était difficile de déterminer les limites du terrain. Nous avons commencé à enlever les terres de surface. Cependant, une fois que nous nous sommes aperçus qu’il ne s’agissait pas d’un terrain communal, nous avons tout arrêté, réparé les dégâts et présenté nos excuses. » C’est en lisant cette mésaventure dans la presse qu’Arnaud Crévits et Laurence Paulus ont contacté le service environnement et proposé leur pâture, de toute façon inondée plusieurs mois de l’année. Le terrain, spongieux, situé près d’un ruisseau, se prêtait à merveille à ce type de réalisation. « C’était inespéré car nous étions réellement dans l’impasse ! », explique Marie Coumans, responsable du projet.

N.C.
Une erreur transformée en opportunité
CNCOT_Ohey _signature convention mare à Baya ©EdA

Changement total d'atmosphère: le service environnement soupire de soulagement et les propriétaires se disent ravis de participer à la création d'un réseau de mares écologiques. Ceux-ci attendent d'ailleurs avec impatience le début des travaux. « Nos quatre enfants sont très excités par l'aventure et toute la famille a hâte de pouvoir observer la faune qui va s'installer chez nous »témoigne l'heureux couple. Si tout se passe bien, le creusement de la mare devrait avoir lieu fin juin pour donner le temps à la prairie de repousser avant l'hiver, contrant ainsi le ravinement. « Au final, tout est bien qui finit bien et chacun y trouve son compte ! » conclut Didier Hellin, tout sourire.¦

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.