Ohey : telle une machine bien huilée…

Le tournoi de simples du TC Grand Ohey est une machine bien huilée qui a connu son succès habituel sous la direction d’une nouvelle juge-arbitre.

Pierre BAUGNÉE
Ohey : telle une machine bien huilée…
TENNIS Interclubs nationaux ©EdA

On ne soulignera jamais assez le rôle prépondérant des bénévoles au sein d'un club sportif amateur. Car il faut une disponibilité de tous les instants pendant un tournoi de tennis, du matin au soir pendant une semaine au minimum. Natacha Van Der Eecken, qui occupe pour la première fois le rôle de juge-arbitre au TC Grand Ohey, approuve: «En général, Léa Mestach, Jean Demeure ou Didier Renson sont derrière la table mais ce n'est pas plus mal de faire une tournante pour que ce ne soit pas toujours les mêmes. Il faut aussi bien assurer la relève. J'ai mon diplôme de juge-arbitre depuis deux ans, je travaille comme indépendante et je peux gérer mon temps. Et comme j'aime le contact humain, c'était le bon moment pour me lancer même si j'ai déjà eu l'occasion d'officier comme juge-arbitre à l'occasion des éliminatoires de la coupe de Borman» confie-t-elle. Le tournoi de simples, qui s'est terminé dimanche, a connu son succès habituel: «Plus de 250 inscrits, on reste stable à ce niveau. On note la présence de nombreux jeunes, ce qui n'est pas plus mal car ils peuvent jouer en journée et cela libère de la place en soirée évidemment. À retenir aussi un beau tableau en messieurs I, 35 participants et une apothéose gâchée malheureusement…». En effet, la finale devant opposer Romain Barbosa et Guillaume Crasson (67e joueur belge) n'a pu être jouée. L'aîné des Barbosa s'envolant pour le Portugal le dimanche pour participer à un tournoi international, chose connue depuis plusieurs jours… par le joueur. On peut comprendre où est la priorité mais quel intérêt dès lors de s'engager en sachant qu'on ne pourra aller jusqu'au bout si ce n'est pour les points engrangés… Le cas est ici particulier mais la situation n'est pas inédite à d'autres niveaux puisque dans des tableaux inférieurs, on retrouva des joueurs engagés dans plusieurs tournois simultanément et qui ne pouvaient (ou voulaient ?) se libérer le dernier jour. C'est regrettable pour un club dont la journée des finales (qui à Ohey attire beaucoup de monde, cela devient de plus en plus rare) constitue le point d'orgue d'une semaine rondement menée. Pas de quoi cependant faire perdre le sourire à Natacha Van Der Eecken qui n'a guère connu de soucis malgré une météo pour le moins changeante… par endroits: