Et si on allait à l'école à pied ?

Sélectionnée avec neuf autres communes wallonne, Ohey , par le biais de l'école d'Haillot, a présenté son «Printemps de la Mobilité».

Pascal Nivaille

Dans le cadre de la semaine de la mobilité 2010 (qui se déroulait du 6 au 13 mai dernier), dix communes wallonnes avaient été sélectionnées, à la suite d'un appel à projets. Bernissart, Chaudfontaine, Comblain-au-Pont, Court-Saint-Étienne, Fosses-la-Ville, Huy, Pont-à-Celles, Rixensart, Seraing et... Ohey ont, dans ce cadre, réalisé leurs différents projets.

Réflexion et étudesÀ Ohey, c'est le projet «L'école au bout des pieds», proposé au sein de l'école communale d'Haillot, qui s'est concrétisé.

Depuis janvier, la classe de 5e et 6e primaires de Mme Letawe et la classe de 3e et 4e de M. Magerat, mais aussi le corps enseignant, la police et la commune ont participé à plusieurs animations, en collaboration avec les associations Empreintes et Sentiers.be .

Une première réflexion autour de la mobilité a été suscitée grâce au jeu Optimove . Les enfants ont ensuite étudié, sur carte, la position géographique de leur école et des environs. Sur cette carte, ils ont tracé le parcours qu'ils effectuent, chaque jour, pour s'y rendre et pour retourner à leur domicile. La couleur précisant le mode de transport utilisé, la prépondérance de la voiture dans les déplacements a été mise en avant ainsi que les bouchons générés par cette situation.

Cet exercice a permis aux enfants de proposer diverses solutions comme des zones de déchargement minute ainsi que des itinéraires piétonniers.

Sur le terrain

Encadrés par leurs enseignants mais aussi par les agents de la police locale ainsi que d'une personne de l'association Gamah (acteur privilégié des plans communaux de mobilité), les enfants se sont rendus sur le terrain pour y suivre une véritable formation d'usagers piétons de la voie publique. Munis de leurs chasubles réfléchissantes, et après avoir revu les règles de sécurité piétonne en classe, les enfants sont sortis pratiquer la marche en rue.

Parallèlement à ces moments vécus avec les élèves, plusieurs réunions entre adultes se sont tenues pour mener ce projet à bien. Lors de ces réunions, la définition des itinéraires et des réflexions sur les moyens pour impliquer les parents dans la démarche ont été abordées. Le souhait est bien évidemment que la dynamique mise en place, à l'occasion du Printemps de la Mobilité se prolonge afin de sortir de la spirale qui déclare que «De plus en plus de parents conduisent leurs enfants en voiture à l'école car les abords de l'école sont de plus en plus dangereux, car de plus en plus de parents conduisent leurs enfants en voiture à l'école car...» La prochaine étape du projet consistera en une évaluation avec les enfants des différents itinéraires mis en place. Les résultats de cette évaluation seront alors présentés à la commune.