Carte d'identité obligatoire dans les parcs à conteneurs

D'ici la fin 2011, tous les parcs à conteneurs de la province de Namur seront équipés d'un accueil informatisé. La carte d'identité sera obligatoire.

Bruno MALTER

Quel est le point commun entre les préposés des parcs à conteneurs d'Ohey, d'Assesse et de Hamois? Depuis novembre, ils sont partie prenante dans un projet pilote initié par le BEP. Ils ont pour mission d'identifier tous les usagers du parc à conteneurs et d'estimer la nature et la quantité de déchets qu'ils viennent y entreposer. Ils sont les premiers cobayes qui testent le nouveau système de scannage électronique qui doit bientôt équiper l'ensemble des parcs à conteneurs.

Le but est triple, explique Jean-Marie Delpire, le président de BEP Environnement.

«Il s'agit d'abord de renforcer la mission première des préposés, à savoir l'accueil des utilisateurs. Nous voulons également mieux contrôler les apports de chaque citoyen, ajoute le président de BEP Environnement. Nous voulons enfin que cesse cette discrimination dont sont victimes les indépendants. Jusqu'à présent, ils ne pouvaient venir déposer leurs déchets personnels. Ils pourront désormais le faire, comme tout citoyen». Concrètement, les utilisateurs des parcs à conteneurs devront se plier à une nouvelle procédure. Ces changements, liés à la mise en place du système de scannage électronique, n'interviendront pas en même temps dans tous parcs du BEP, observe Corinne Vermeren, la gestionnaire du réseau de parcs. Tout devrait cependant être mis en place d'ici la fin 2011. Quels sont les changements induits par le nouveau système? 1. Carte d'identité Tout utilisateur d'un parc à conteneurs va être invité à présenter sa carte d'identité. Celle-ci sera encodée dans un lecteur PDA. Dans la foulée, le préposé du parc encodera les apports des déchets. Une fois l'encodage clôturé, le visiteur pourra déposer ses déchets dans les conteneurs ad hoc.

2. Un meilleur accueil Grâce à leur PDA portatif, les préposés seront plus souvent sur le terrain. Ils auront un contact obligatoire avec le client et comme ils auront examiné ses apports, ils pourront plus facilement le conseiller. D'où, espère-t-on au BEP, moins d'erreurs dans l'entreposage des déchets.

3. Des quotas annuels Le recensement électronique permettra la fixation de quotas annuels par citoyen pour certaines matières. Le but est d'éviter les excès, voire les fraudes. La première année, aucun quota ne sera appliqué, le scannage permettra d'emmagasiner les données qui permettront de fixer ces quotas avec le maximum de précision. «Ils ne seront pas fixés sur base d'une moyenne, assure Véronique Arnould, la directrice de BEP Environnement. Le but n'est pas que les gens se débarrassent de leurs déchets à l'extérieur des parcs» . Notons que la règle du 1m3 par matière, par jour et par citoyen reste en vigueur.

Projet pilote étendu

Avant d'être généralisé, le projet pilote va être progressivement étendu.

- Le 22 mars, le système sera étendu dans les parcs de Sambreville, Sombreffe, Jemeppe-sur-Sambre et Fosses-la-Ville.

- Le 17 mai, déploiement dans les parcs de Beauraing, Gedinne et Bièvre.

- De début octobre à fin décembre 2011, extension du dispositif dans les 23 parcs restants.

Un conseil pour terminer : préparez votre carte d'identité avant de franchir les grilles du parc à conteneurs, vous gagnerez un temps précieux et vous en ferez gagner à ceux qui vous suivent dans la file.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.