Le patro sous le soleil du Burkina

Les trois premières semaines de juillet, les 17 «Grands» de la troupe godinnoise découvriront l'Afrique. Dans le cadre d'un échange interculturel.

Bertrand Lani
Le patro sous le soleil du Burkina
13468442 ©© EdA

Si les voyages constituent une tradition pour les troupes de patronnés, celui qui attend les jeunes Godinnois s'annonce d'ores déjà comme une aventure inoubliable. En effet, ce n'est pas tous les jours que l'occasion de se rendre sur le continent africain se présente. Plus précisément à Ouahigouya, une ville située à 200 km au nord de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. «Nous avons l'habitude de faire un voyage personnel mais qui se limite aux pays d'Europe.

Nous y organisons des jeux, des randonnées...», explique Caroline Frys, membre du staff du patro de Godinne.

Le voyage au Burkina sera un peu différent puisqu'il s'organise dans le cadre d'un échange interculturel basé sur l'animation. «Nous partons dans le but d'animer les jeunes d'une école. C'est l'ASBL "Un autre regard sur le monde" qui a monté le projet et qui a créé le groupe présent sur place », précise Caroline Frys. Si l'association spécialisée dans le dialogue interculturel fournit une aide précieuse aux jeunes patronnés dans l'organisation de leur voyage, elle n'intervient pas financièrement. «Cela revient à 1200 ¤ par personne. Heureusement, on peut compter sur une participation de la Commune d'Yvoir.» En plus de ce subside, les patronnés godinnois font travailler leurs méninges afin de remplir leur tirelire. Ils ont organisé une soirée à Ohey dans la salle de l'O-Zone, ils ont vendu des lasagnes et tenu un stand lors du dernier marché de Noël. Et d'autres activités sont déjà programmées : un rallye de voitures anciennes le 8 avril et une soirée whist, le 16 avril.

Dix-sept chanceux

Il est évident que toute la troupe ne pourra pas se rendre en Afrique en juillet. Le voyage est réservé aux «Grands». En tout, ils seront 17. «Ce sont les plus âgés qui partent, c'est-à-dire qu'il n'y aura personne en dessous de 16-17 ans.Les plus jeunes qui nous accompagneront sont ceux qui sont amenés à rejoindre le staff prochainement. Pour eux, cela constituera une belle initiation à l'animation», ajoute la patronnée. En effet, il y a pire comme bizutage.

Il y a de fortes chances pour que le début de l'été 2011 reste graver dans la mémoire de ces jeunes Mosans.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.