Trafic de cocaïne à Namur: quatre personnes au tribunal

Trois des quatre prévenus sont en aveux partiels. Le quatrième était absent à l'audience.

JVE
Trafic de cocaïne à Namur: quatre personnes au tribunal
©Syda Productions - stock.adobe.c 

Les plaidoiries se sont poursuivies jeudi devant le tribunal correctionnel de Namur dans le cadre d’un dossier de trafic de cocaïne sous forme d’association de malfaiteurs. Deux peines de trois ans de prison et deux autres de quarante mois avaient été requises fin décembre à l’encontre des quatre individus qui avaient opéré à Namur entre septembre 2021 et mars 2022.

Le dernier prévenu, absent à l’audience précédente et contre qui 3 ans de prison et 1 000 euros d’amende étaient requis, a avoué être un important consommateur et avoir vendu de la cocaïne entre décembre 2021 et mars 2022. Il réfute la circonstance aggravante de participation à une association de malfaiteurs. Son avocate a plaidé pour lui une peine assortie d’un sursis probatoire. "Il a hébergé son dealer chez lui. De fil en aiguille, il a été amené à effectuer certaines livraisons ou à répondre au téléphone. Il faisait cela uniquement dans le cadre de sa consommation personnelle, pour avoir sa drogue plus facilement. Il a entamé depuis lors une thérapie pour soigner son assuétude. "

Sur base d’informations policières selon lesquelles plusieurs personnes vendaient des stupéfiants depuis un domicile namurois, les enquêteurs de la zone de police Namur Capitale ont mis en place des écoutes téléphoniques et des observations dès le 25 octobre 2021. Ces écoutes et observations ont mené à deux perquisitions et l’interpellation de quatre personnes, le 11 mars dernier. "On a retrouvé de la cocaïne, des GSM et de l’argent en petites coupures", selon le parquet.

Trois des quatre prévenus reconnaissaient avoir vendu de la cocaïne, mais contestaient l’association de malfaiteurs. Le sursis simple avait été plaidé fin décembre pour deux d’entre eux et une peine de prison, la plus faible possible, pour le troisième, qui n’a plus droit au sursis.

Jugement le 9 février.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...