CHR Namur et Auvelais: 3 000 cartes de vœux déposées pour recevoir la prime de fin d’année

Les syndicats ont déposé, lundi soir, 3 000 cartes de vœux signées par les membres de l’hôpital de Namur et d’Auvelais sur le bureau des membres du CA du CHR.

J.No.
 Les syndicats ont déposé 3 000 cartes aux membres du conseil d’administration du CHR.
Les syndicats ont déposé 3 000 cartes aux membres du conseil d’administration du CHR.

Le bras de fer entre les représentants du personnel et les autorités du CHR Sambre et Meuse concernant l’octroi de la prime de fin d’année continue. Lundi, les différentes délégations syndicales ont déposé 3 000 cartes de vœux signées par le personnel, et intitulée "Un Noël de misère pour le CHR Sambre et Meuse", aux membres du conseil d’administration. "C’est une réaction à la décision des autorités du CHR Sambre et Meuse de proposer au conseil d’administration de ne pas verser cette prime (NDLR: ce qui a été démenti dernièrement par les autorités de l’hôpital), commente Marie Tillière, secrétaire permanente CSC. Nous avons également remis le courrier d’un responsable de la cellule Contrôle du Financement qui indique clairement que les hôpitaux reçoivent des subsides qui tiennent compte, en partie, de la prime de fin d’année du personnel."

Face aux syndicats, certains membres du CA ont pris la parole pour rappeler que le CHR offrait déjà d’autres avantages. "Ils étaient fâchés de notre action. Moi, ça me rassure car ça veut dire que ça les touche et donc, que la porte est encore ouverte." Marie Tillière indique que ce refus de verser une prime de fin d’année, ce qui était pourtant le cas ces deux dernières années, ne passe pas auprès du personnel. "Car dans la situation économique actuelle, certaines familles ont besoin de cet argent. De plus, cette prime, quasi tous les travailleurs belges la reçoivent ! Ce versement, c’est une question de respect, d’une reconnaissance des travailleurs par l’employeur." Si la décision prise par l’autorité n’est pas favorable à la prochaine réunion (voir ci-contre), la secrétaire permanente indique que les syndicats pourraient déposer un préavis de grève.