Le Père Noël oublie le personnel du CHR de Namur et de Sambreville

Le conseil d’administration du CHR Sambre et Meuse a fait savoir que les primes de fin d’année ne seront pas versées au personnel.

Samuel Husquin
Le Père Noël oublie le personnel du CHR de Namur et de Sambreville
©BELGA

"On a tenu le coup durant les années Covid. Tout le monde connaît aujourd’hui les difficultés liées à la hausse des prix, aux augmentations des énergies. Et ça, ça claque vraiment comme une gifle." Marie Tillière, permanente pour la CSC, résume en une formule cinglante la frustration ressentie par de nombreux membres du personnel du CHR (centre hospitalier régional) Sambre et Meuse, dans les sites de Namur et Auvelais.

Ça, c’est la volonté annoncée ce mardi par le conseil d’administration aux syndicats de ne pas verser la prime de fin d’année 2022.

La direction avait justifié cette mesure peu populaire par les contraintes financières actuelles: l’indexation des salaires mais aussi la hausse importante des factures énergétiques. "Mais il ne faut pas perdre de vue que le CHR Sambre et Meuse présente encore aujourd’hui un bénéfice cumulé de 33 millions€", rappelle la permanent CSC. Le coût global du versement de la prime, pour les 1 860 travailleurs, s’était élevé à 1,1 million€ en 2021.

"Mais quand les subsides pour les hôpitaux sont calculés, il est également tenu compte de cette prime de fin d’année", souligne Marie Tillière, pour la CSC. "Même chose pour l’indexation. Cela est également intégré dans le calcul du montant alloué aux hôpitaux."

Dans les négociations, cela également coincé dans la négociation des frais de transport domicile-travail, sur les frais de parking ou encore dans une toute minime augmentation 0,40€ des chèques-repas.

"Nous n’allons pas donc nous croiser les bras dans l’attente du prochain conseil d’administration", prévient déjà la représentante de la CSC. "Le personnel est ainsi en train de signer une grande carte de Noël à l’attention du conseil d’administration." Inutile de préciser que le message principal sera plutôt… sarcastique.

"Si la décision de ne pas verser les primes est confirmée, nous irons un pas plus loin. Nous comptons en effet déposer plainte pour détournement de fonds. Les subsides versés et touchés par le CHR doivent aussi servir à payer ces primes. Le contraire serait donc illégal." Dans les couloirs du CHR, ce n’est pas vraiment l’ambiance de Noël…