Namur: jaloux, il voulait « défoncer le visage » de sa femme à la batte de baseball

Même si le prévenu n’est pas passé à l’acte, son épouse a fait une mauvaise chute. Il écope d’une peine de probation autonome de deux ans.

C. Det.
Namur: jaloux, il voulait « défoncer le visage » de sa femme à la batte de baseball
©motortion – stock.adobe.com 

Entre Benoît (prénom d’emprunt) et son épouse, l’ambiance n’est plus au beau fixe. Le mari, qui soupçonne sa femme d’entretenir une relation extraconjugale, devient de plus en plus agressif. De plus, il boit. Ce qui le rend encore plus hargneux. Il l’agresse, la harcèle au téléphone, il "scanne" son GSM, histoire de vérifier si elle ne va pas voir ailleurs.

Le 3 janvier 2020, il disjoncte. Une violente dispute éclate au domicile du couple et ce, devant sa petite fille alors âgée de 5 ans. Il se saisit d’une batte de base-ball et menace sa femme de "lui défoncer le visage". Il la poursuit jusque dans la salle de bains. Il la pousse violemment. Elle fait une mauvaise chute. Elle tombe dans la baignoire et se blesse. S’en suivent 5 jours d’incapacité de travail.

En état de récidive légale, le prévenu risque deux ans de prison requis par le Ministère public qui ne s’oppose pas à un sursis probatoire. La défense, pour sa part, plaide une peine de probation autonome. L’homme devra en outre se soumettre à des conditions pour soigner sa consommation d’alcool et gérer sa violence. Une demande entendue par le tribunal. En cas de non-respect des conditions, Benoît devra purger deux ans de prison.

À noter, depuis, le couple est divorcé.