En direct| The Voice: Diana, Valentine et Alec, les trois Namurois réussissent le all-in et sont en demi-finales! (vidéos)

Pour le 4e live de la 10e saison du télécrochet ertébéen, un lundi une fois n’est pas coutume (car les Diables jouent mardi) Soprano et Matthew Irons (Puggy) ont-ils porté Diana, Valentine et Alec en demi-finale?

En direct| The Voice: Diana, Valentine et Alec, les trois Namurois réussissent le all-in et sont en demi-finales! (vidéos)
Dans des registres très différents de ce qu’ils avaient montré jusque-là, le trio a fait le show dans la retenue ou l’explosion festive. ©The Voice/Rtbf

Pas le temps de souffler après le générique, Soprano lance la bonne onde musicale avec son tube Cosmo. Un moment de partage avec le public mais aussi avec deux candidats, Valentin (de la team Black M, retenu sur un concert de la Sexion d'Assaut et donc remplacé pour un soir par Soprano) et Alec Golard, le Guibertin installé à Namur. D'ordinaire folk et pop, habité par une voix profonde et puissante, Alec a cassé son image, surprenant et convaincant en français et dans un registre urbain.

Une nouvelle facette à plusieurs voix

"Cardio", selon les mots de la coach Beverly Jo Scott qui espérait une récup'express pour son talent qui devait tout de suite revenir sur scène pour sa prestation solo. "Si les larmes coulent, ce n'est pas grave ", conseillait la Mama. En effet, sur un thème grave et actuel (les désastres de la guerre) mais aussi un chouette souvenir d'écoute avec son papa, Alec a repris Comme toi de Jean-Jacques Goldman. Sacré défi que d'être solide et émotionnel à la fois.

Dans une mise en scène dépouillée, immaculée, prise entre le violon et la danse d'une petite fille qui voulait juste vivre sa vie, Alec s'est montré moins à l'aise que d'habitude mais sa voix n'a en rien failli. "Une intuition, une habilité de chanter très naturellement, humblement, qui donne l'impression que c'est hyper-simple mais pas du tout, analyse Mathew Irons à propos de son coup de cœur parmi les trois concurrents (Raphaël et Nora), le coach invité pour la soirée. Tu as deux voix. Une première voix, dans le grave, qui glisse. Puis, une modulation, tu montes et tu présentes différentes personnalités de la chanson. Je suis très impressionné. "

"Est-ce la première fois qu'il chante en français?", demande Soprano. En effet. "Moi, j'avais vu la presta de la semaine dernière, tout était dans la voix, la précision. Là, tu m'as raconté une histoire. La difficulté des chansons de Jean-Jacques Goldman, c'est de pouvoir habiter le texte, tellement beau, juste. Tu as pu expliquer à ces enfants, à nous-mêmes, comment c'était tellement important, les mots."

Au moment du verdict, le public emmène le rockeur italo-belge Raphaël en demi-finale. Témoin de quelque chose qu’elle n’avait pas encore vu chez son talent, c’est Alec que BJ a qualifié.

Valentine, Lady Gaga de Bomel

Une Namuroise en chasse un autre, et c'est la Bomeloise Valentine Martens, candidate de Typh, qui entre en scène au côté de Maysha (chez Christophe Willem) et de Clara Luciani pour cet hymne à la fête qu'est Respire encore. Avec une étonnante similarité vocale entre Valentine et la star. Moment de joie intense.

Passe l’équipe de Black M/Soprano, où il n’y a pas de candidat namurois, et Valentine se remet en scène, dans une tenue de soirée scintillante pour aller au casino. Emboîtant le pas à sa coach, bien décidée à sortir ses protégés de leur zone de confort, Valentine a choisi une chanson qui déménage, faite de variation et offrant un beau terrain de jeu, casse-gueule aussi: Poker face de Lady Gaga. Ça commence en swing puis l’electro s’installe et la candidate ne lâche rien quitte à slamer quelques mots. Las Vegas, la voilà!

"On adore cette fille. Cette fille de Namur, elle ne se démonte pas.", se réjouit BJ, alors que Valentine, de star est redevenue cette petite fille tout étonnée par tant d'applaudissements. Et Typh de continuer: "Tu nous as complètement scotchés en sortant de ton registre habituel. Comme une reine. T'as 18 ans, Valentine, il faut qu'on se rappelle de ça!" "Un truc de ouf", conclut Christophe Willem.

Diana chante français, sans se brûler, en consumant l’assistance

Même équipe, place à l'autre Namuroise, venue d'Ukraine: Diana Kovalova. Qui a jeté son dévolu sur une chanson de Pomme. On brûlera.

Quelques cours de dictions plus tard, qui n’ôtent pas ce délicieux accent qui donne de la couleur à cette chanson calme et aérienne. Un exercice de style, périlleux, mais abouti et charismatique par l’étudiante de l’IMEP.

"Quelle charge émotionnelle, tu parviens à mettre, dit Typh. Ce n'est jamais facile de chanter en français, déjà pour ceux dont c'est la langue maternelle. Tu as mis énormément de classe, de précision mais surtout de sobriété. Et, en plus, tu y as mis tout ton registre lyrique qu'on ne connaissait pas de toi. Tu continues à me sortir de nouvelles cartes. Je t'assure, on t'a bien comprise." Soprano est du même avis. "Aucun problème de langue. C'était magique, magique! "

Deux Namuroises, donc, et une Tournaisienne, Zélia Ponthieu, pas inconnue de Namur puisqu'étudiante à l'IMEP, elle aussi. C'est devenu une habitude, c'est Valentine qui a été plébiscitée par le public votant par SMS. Puis Typh a eu à faire un choix cornélien entre les deux étudiantes de l'IMEP, Zélia et Diana. "Tu es une fille étonnante, tellement surprenante… " Et c'est pour ça que Typh la porte à l'étape des demi-finales.

Il y avait trois Namurois au début de ce nouveau direct, ils sont toujours là, bien accrochés.