Le Running Club Namur encore en deuil: Guido Colpaert avait 83 ans

Athlète de valeur, avec 86 coupes glanées, et déployant un courage remarquable, il a passé plus d’un quart de siècle dans le Namurois

Le Running Club Namur encore en deuil: Guido Colpaert avait 83 ans
Guido Colpaert, le doyen des joggeurs namurois, originaire de Flandre, était une figure attachante. ©ÉdA

Après Paul Van der Linden, c’est une autre sympathique figure du Running Club Namur qui a quitté définitivement le peloton des joggeurs.

C’était aussi le doyen puisqu’il venait de franchir son 83e anniversaire, un vétéran 4 comme on les classe.

Guido était connu, et il l’assumait, comme un "flamand têtu" parce qu’il avait été adopté dans le Namurois, marié à Françoise, une Wallonne, et s’être inscrit au club après avoir disputé un jogging à Flawinne en 2006. Cela faisait 16 ans que ce professeur dans un institut formant des régents à Saint-Nicolas (région d’Anvers), retraité en 1996, n’avait plus couru.

Guide touristique très apprécié il documenta avec talent nombre de personnes à travers toute l’Europe, au service d’un chauffeur flamand pendant plus de dix ans, mais c’est surtout par sa présence et ses participations aux joggings régionaux et avec son club namurois qu’il a acquis la notoriété et se fit bien des amis.

Car non seulement érudit, poète sensible dont deux repris dans la revue du RCN, "Automne et Demain" révèlent toute sa sensibilité et son talent, c’est sa gentillesse et sa volonté qui lui attirèrent la sympathie.

Car, frappé par la maladie de Parkinson qui ne fit qu’empirer au fil des mois et des années, Guido trouva toujours l’aide nécessaire pour continuer à pratiquer, "pour le plaisir", et non plus pour la performance (il était heureux d’avoir disputé à 52 ans, son meilleur semi-marathon en 1h15). C’est ainsi que lors de la dernière "Printanière" en février 2021, il reçut la compagnie d’un inconnu (Kévin Malcourant), récompensé lui par le prix fair-play du Panathlon: il se fit un bonheur de lui céder.

Quelques blessures, des fractures, des chutes n’ont jamais entamé son moral et c’est son épouse qui se fit son interprète lors des dernières remises de récompenses aux soupers du club.

Replié sur Bruxelles dans une maison de repos, Guido vient de partir pour un ultime voyage..