«Une façon de tester mon activité pour voir si elle est viable»

Luthier, Cédric Lambert est en résidence au Hang’Art. Un moyen de se lancer sans se ruiner et voir si son activité est en bonne voie pour perdurer.

«Une façon de tester mon activité pour voir si elle est viable»
Cédric est passé de sa cave au Hang’Art pour développer son activité. ©ÉdA – J.Do
J.D.

Depuis le 1er septembre, Cédric Lambert occupe un atelier du Hang'Art. Il a appris la menuiserie il y a longtemps et, après avoir notamment travaillé en bureau, il a éprouvé le besoin de se reconvertir dans quelque chose de plus manuel et a donc suivi une formation de luthier. «Je fais de la restauration d'instruments pour des clients et j'en restaure certains que j'ai en stock pour les revendre ensuite, relate-t-il. Cela faisait trois ans que je faisais de la lutherie dans ma cave. J'ai commencé à manquer de place. Être ici, c'est une façon de tester mon activité pour voir si elle est viable à long terme.»