Kathleen Gillain: «On doit être fortes, mentalement»

Zoersel – Namur (s. 20 h 30)

M.B.

Les Namuroises ont dû évacuer le sentiment d'injustice qui les étreignait samedi dernier, avant de se focaliser sur la suite de leur parcours. «La tristesse s'était emparée de l'équipe après cette déconvenue, c'est vrai. Mais on devait remonter la pente, mentalement, pour préparer ce déplacement», confirme l'attaquante Kathleen Gillain, qui fait déjà figure de transfert réussi, dans le noyau de Dominique Colin. «Mon intégration s'est bien passée. Mes nouvelles équipières m'ont très bien accueillie et les jeunes, comme Léa Hubeaux et Pauline Rondiat, qui ont des rôles très importants, les remplissent bien», raconte l'ex-Nivelloise de 24 ans, qui avait déjà évolué avec Louise Staquet, à Chapelle, et affronté les plus expérimentées du groupe. «J'ai reçu plusieurs propositions, quand Nivelles a décidé de scratcher sa N2. Rejoindre la division supérieure avec Namur, Dominique et les filles que je connaissais déjà, m'a semblé être un bon compromis.»