Inondations en province de Namur : quand une vie est réduite en déchets

Détruits par les inondations, les biens matériels des sinistrés sont désormais qualifiés d’encombrants. Récoltés dans l’urgence, la plupart seront incinérés.

Vincent Desguin
Inondations en province de Namur : quand une vie est réduite en déchets
Afin d’éviter tout danger, il est expressément demandé de ne pas mélanger les encombrants avec des déchets présentant des risques d’explosion, tels que des bonbonnes de gaz. ©ÉdA – Florent Marot

Du simple objet du quotidien au souvenir le plus précieux, les sinistrés ont tout perdu. Une semaine après les inondations dévastatrices qui ont touché la Belgique, tout ce qui constituait hier encore un fragment de vie se voit aujourd’hui affublé du titre d’encombrant. Rassemblés dans des conteneurs, voire à même les trottoirs, tous ces biens détrempés et brunis par les boues sont finalement emportés dans un va-et-vient incessant de semi-remorques. Le travail est colossal. Selon certaines estimations liégeoises, il faudrait compter 10 m3 pour chaque foyer touché par les intempéries.