Le défi d’une ville plus propre

Poubelles intelligentes, sensibilisation et répression accrues, etc. La Ville dévoile son plan local de propreté publique à 950 000€.

Bertrand Lani
Le défi d’une ville plus propre
La propreté étant l’affaire de tous, les citoyens ont été associés à la réflexion. ©Eda – Florent Marot

La propreté d’une ville est l’affaire de tous dans la mesure où chaque citoyen en est le garant de manière individuelle. Et les Namurois se sentent concernés. La preuve: ils ont été 546 à répondre à l’appel de la Ville qui les avait sollicités lors d’une vaste enquête sur la question. Objectif pour les autorités: élaborer un plan local de propreté publique, une initiative de la Région qui a pour but d’améliorer le cadre de vie. Les services communaux, le BEP, la police locale, deux bureaux d’expertise extérieurs et les habitants ont ciblé les mauvaises pratiques, déterminé les points noirs et soumis des solutions qui pourraient être mises en œuvre pour que Namur soit plus propre.