Les Fêtes de Wallonie maintenues et adaptées pour mieux gérer la foule

C’est officiel, les Wallo namuroises auront bien lieu en septembre. Avec des concerts et les traditionnels du week-end au programme… mais aussi plus de contrôles.

Bertrand Lani
Les Fêtes de Wallonie maintenues et adaptées pour mieux gérer la foule
En septembre, les Wallo se dérouleront presque comme avant. ©ÉdA – Florent Marot

C'est une nouvelle qui réchauffe comme un verre de pèkèt qui descend dans la gorge: les Fêtes de Wallonie auront bel et bien lieu le troisième week-end du mois de septembre. «Dans une version au plus proche de ce qu'on connaît en temps normal et sous réserve de l'évolution du contexte sanitaire, annonce l'échevine des Fêtes, Anne Barzin (MR). On attend toujours les dispositions plus précises qui feront l'objet d'un arrêté ministériel.»

Les prochaines réunions du Codeco seront donc déterminantes pour fixer les modalités logistiques de l'événement namurois. Si les Fiesses 2021 seront certes plus animées que celles de l'an dernier, il ne s'agira pas encore d'un retour à la normale. «Le bourgmestre nous a fait comprendre qu'on ne pouvait pas faire déambuler 200 000 personnes dans les rues, indique Éric Adam, président du Comité central de Wallonie, l'une des composantes de l'organisation de l'événement. Il faudra donc contrôler les flux de population. Peut-être avec des réservations ou des bracelets.»

Une gestion des foules qui ne devrait pas poser de problème pour les grands concerts, cantonnés à la place Saint-Aubain, et les spectacles plus intimistes sous le chapiteau de la place d’Armes. Des sites qui peuvent être fermés et où le contrôle est donc possible.

Pour canaliser au mieux les débordements, le CCW et son partenaire, la RTBF, envisagent également d'adapter leur programmation. «On ne voudrait pas proposer des noms qui risquent d'attirer trop de monde et qui généreraient des frustrations parce qu'on serait contraint d'en refuser l'accès, poursuit Éric Adam. On privilégiera donc des artistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles.»

«C'est aussi une forme de soutien à la culture», renchérit Anne Barzin. Et l'échevine de préciser que les autres rendez-vous incontournables du week-end, comme la messe en wallon, l'hommage à François Bovesse, le discours du mayeur et la cérémonie du souvenir pourraient être organisés sans restriction ou presque, en fonction de la situation pandémique du moment.

Plus complexe dans les quartiers

Cette nécessité de contrôler les mouvements de foule met les quartiers dans une position plus délicate. «Les Fêtes de Wallonie se déroulent sur l'espace public. Ce n'est pas fermé, il n'y a pas d'entrée payante. C'est donc complexe à appréhender, dit Anne Barzin. On ne fera pas appel à des ambulants extérieurs. L'horeca local pourra sortir sa terrasse, bien sûr, et les autres commerces pourront disposer d'un emplacement devant chez eux pour vendre des livres ou du textile par exemple.»

Pour les bars et les podiums disséminés dans la ville, par contre, il faudra sans doute attendre encore jusqu'à 2022, comme le fait remarquer Étienne Dethier, président du Collège des comités de quartiers (CCQN), qui coordonnent l'événement sur le terrain. «Pour nous, cette édition des Fêtes de Wallonie est transitoire. À ce stade, je peux vous dire qu'il y aura quelque chose, un programme adapté, et que l'esprit populaire et festif sera préservé. Mais ce ne seront pas des Fêtes comme on les a connues précédemment.»

Seule certitude à ce stade pour le CCQN: le maintien du concours des talents musicaux, programmé le week-end précédant les Wallo, à savoir le samedi 11 septembre. Il aura lieu au Delta.