VIDÉO | «Fast and furious» devant le château de Namur: hallucinant

Au château de Namur, on se trouve en première loge de rodéos urbains. Des clients de l’hôtel, excédés, sont partis.

Emmanuel Wilputte
VIDÉO | «Fast and furious» devant le château de Namur: hallucinant
À voir ci-dessous: la vidéo dont cette image est tirée. Elle est assez incroyable. ©D.R.

C'est un véritable S.O.S. que les responsables du château de Namur ont adressé au député provincial en charge de la régie gestionnaire de l'école hôtelière et de son centre d'application du quartier de la citadelle. Richard Fournaux, le réceptionnaire de messages alarmistes et alarmants, a également reçu une séquence vidéo qui circule sur le Web et qu'il nous dit avoir été filmée par une employée du château de Namur. «Elle est hallucinante» nous explique l'homme politique. On le lira par ailleurs, le bourgmestre de Namur, Maxime Prévot, ne dit pas autre chose, en annonçant la fin de la récréation.

Au château de Namur, certains soirs, on s’est retrouvé avec une vue directe sur des scènes dignes des films «Fast and furious». Des rodéos, des «drifts» avec un tas de spectateurs, pratiquement tous occupés à filmer. On le voit sur les images: des dizaines sinon des centaines de flashs de smartphones allumés.

Des évaluations catastrophiques pour l’hôtel

Au château de Namur, on se plaint des nuisances, qui vont jusqu’à devoir demander aux acteurs et spectateurs de ces nouveaux jeux du cirque de s’écarter afin de pouvoir sortir, après une longue journée de travail. Le centre d’application de l’école hôtelière fonctionne comme un hôtel, avec du personnel et des stagiaires. Il vient de reprendre ses activités pédagogiques, ce 17 mai.

Autre souci, et non des moindres: des clients de l'hôtel ont été plus que dérangés par le bruit insupportable devant l'établissement. Extrait d'un courriel reçu par le député responsable: «Certains clients notent déjà dans leur évaluation qu'ils ont dû souffrir trois nuits insupportables à cause de ces rassemblements de jeunes. Ce n'est pas l'image que Namur doit donner aux visiteurs». On imagine que ces clients ont eux aussi été hallucinés. Certains ont carrément levé le camp. Comme celui qui devait passer plusieurs nuits et est parti anticipativement, à cause des rassemblements, de la musique à fond jusqu'à 3 h 30 du matin. Encore une information transmise au gouvernement provincial.

Richard Fournaux et Maxime Prévot ont échangé sur cette problématique qui nuit très fortement à l'image d'une ville capitale. Des sanctions sont déjà tombées, le bourgmestre de Namur annonce la mise en œuvre de «plus gros moyens encore» (lire ci-dessous).