Le massage sportif entre dans les mœurs

Les cyclistes sont déjà convaincus de ses bienfaits. Les autres athlètes sont de plus en plus nombreux à s’en rendre compte…

Amandine GILSON
Le massage sportif entre dans les mœurs
Maureen Nicolas: «Le massage ne doit pas faire souffrir.» ©Amandine Gilson

Ils sont de plus en plus nombreux, les sportifs qui se renseignent sur les meilleures astuces pour performer et pour récupérer. Entre l'alimentation, avant et après les entraînements et les courses, les séances de kinésithérapie, l'hygiène de vie, les étirements, le sommeil, la cryothérapie, et tous ces petits trucs, le massage sportif gagne de plus en plus de terrain. «Il y a deux, même trois volets différents. D'abord, nous proposons des massages de préparation. Ils sont moins utilisés mais les athlètes de haut niveau sont convaincus de leur efficacité. Il faut plusieurs séances pour en ressentir les bienfaits. Le but est de retarder la fatigue musculaire et permettre une meilleure endurance. Le second volet, c'est celui de la récupération. Plus populaires, les massages de récupération permettent de détendre les muscles après l'effort, de les réassouplir, d'évacuer les toxines et de favoriser la circulation pour repartir à l'entraînement le lendemain sans courbature. Le troisième et dernier volet, utilisé par exemple en cross fit, c'est dans le cadre d'un échauffement musculaire», explique Geoffroy Bastin, le créateur du «Zen Truck», Zen Terrehappy, une remorque qui se déplace sur les événements sportifs de la région, quand il y en a, pour masser les athlètes.