Jambes: l’heure de la diversification a sonné pour la holding Cofinpar

Fin juin, Cofinpar s’est séparée de sa filiale automobile Sogalux. L’une des premières étapes d’un virage stratégique vers des activités en phase avec le développement durable.

Vincent Desguin
Jambes: l’heure de la diversification a sonné pour la holding Cofinpar
Laurent Collin, administrateur et CEO de Cofinpar depuis 2016. ©ÉdA – Florent Marot

Fondée par la famille Calozet, l’histoire de la holding Cofinpar, implantée à Jambes, n’est pas récente. Le groupe puise ses racines dans le secteur du génie civil, avec la société Socogetra fondée en 1948 avant d’être revendue à Besix en 2007; et la construction immobilière, dont Immolux, fondée en 1963, est toujours le fer de lance. Au fil du temps, c’est dans le secteur de l’automobile que la société a poursuivi son développement. Son enseigne Covalux, active dans la distribution de pièces, compte 14 magasins à travers la Wallonie, tandis que sa filiale Sonama, distribue la marque Volvo dans quatre concessions basées à Namur, Marche-en-Famenne, Libramont et Arlon. Il y a quelques mois, Cofinpar détenait encore Sogalux, cinq concessions Mercedes-Benz en Wallonie. Difficile de croire qu’avec 21 participations directes dans différentes sociétés, un chiffre d’affaires consolidé de 215 millions d’euros et 352 collaborateurs, la holding soit restée si longtemps sous les radars.