Harry, l’espion de Sa Majesté

Une vareuse rouge: le déguisement diabolique pour passer inaperçu au milieu des «Ptits Belges». Harry Kane s’est fondu dans la masse des supporters jambois pour mieux espionner le jeu de ses futurs adversaires.

S.H.
Harry, l’espion de Sa Majesté
Harry «Thomas» Kane et Andrea, le vrai-faux-anti-Lukaku. Un tandem envoyé par «Her Majesty» pour espionner les Diables? ©ÉdA – Florent Marot

Fidèle à l’esprit de la Perfide Albion, l’attaquant des Spurs a préféré travestir son identité. Et jouer le jeu jusqu’au bout. «Cette coupe de cheveux, cette fine barbe… J’ai déjà ce look depuis huit ans», assure celui qui se fait passer pour un certain Naninnois du nom de Thomas. «C’est donc peut-être Harry Kane qui a copié mon look», poursuit celui qui assure jouer à Profondeville et non pas à Tottenham. Ce jour-là, Harry s’est déplacé avec son fidèle ami Andrea, un vrai-faux-anti-Lukaku. L’idéal pour brouiller les pistes quand on sait que samedi à 16 heures, il n’y avait plus, sur cette planète, personne pour critiquer l’attaquant des Diables.