Havrenne et Ciney au coude à coude

Devant quelque 150 spectateurs, le duel entre Havrenne et Ciney, les deux candidats aux écussons, a tenu ses promesses. «Une très belle lutte agrémentée d’un festival de rechas outres avec en prime des rebondissements et une finale à suspense», soulignait l’arbitre Serge Luffin.

J.-M. L.

Les Rochefortois ont reproduit le scénario de l’aller en émergeant sur le fil après avoir été quasi menés toute la lutte (13-12). À égalité de points, les Havrennois ont l’avantage de deux victoires supplémentaires avant le sprint final. À cet égard, Genappe aura un rôle d’arbitre en affrontant nos deux meneurs. Les Brabançons, qui visent également la montée, restent sous la menace de Pironchamps si bien qu’ils ne s’aligneront pas en victimes consentantes. Tant mieux pour le suspense. En dépit de l’absence de Berthe, blessé au dos la veille en livrant et remplacé sur le rectangle par un super Sanzot, les Cinaciens menèrent la danse en s’isolant à 4-9. Durant l’entracte, le capitaine Guyot, en difficulté à la frappe, était remplacé par Ludovic Jaumotte. «Ludo n’était guère mieux inspiré au pivot si bien que j’ai permuté avec lui. Il a retrouvé un meilleur répondant au grand fond tandis que j’ai efficacement secondé Sauvenière impérial dans tous les compartiments, analysait Sébastien Droussin toujours à la recherche d’une autre destination. Au fil de notre remontée, nous avons joué plus intelligemment pour faire la différence alors que les Cinaciens étaient cuits. Reste à présent à bien gérer les deux dernières luttes.» Havrenne est la bête noire de Ciney. «Après une première armure de bonne facture, nous avons flanché à la frappe alors que dans l’autre camp Sauvenière était intouchable, remarquait Guy Villanoy. Cette défaite n’atténue en rien notre volonté d’enlever le titre.»