Namur déjà dans le dur

Ragusa et Nantes ont marqué la première journée du groupe E. Battu, Namur aura déjà un match crucial jeudi prochain en Tchéquie.

Philippe GILLES
Namur déjà dans le dur
Dita Rozenberga (44) n’a pas hésité à aller au contact tandis que Julie Vanloo a marqué son passage à Namur. ©ÉdA – Christophe Béka

Namur a un noyau étriqué. On le savait depuis le début de la saison quand le président Jean-François Davreux en avait donné les raisons dans ces colonnes. Malgré cela, Namur vivait un début d'exercice assez tranquille en termes de résultats et n'avait somme toute jamais été mis en difficulté jusqu'ici. L'heure européenne a sonné, les choses ont changé. Dès les premières minutes du match, les Namuroises ont compris que les deux pivots espagnoles Laura Nicholls et Astou Ndour n'ont pas glané l'argent olympique par hasard. «Deux joueuses italiennes, c'est le budget de toute l'équipe de Namur», rappelle justement le coach Vincent Bouffioux. Le constat est posé: impossible actuellement d'engager une ailière forte ou de remplacer la très light Fall.