Cefor : le goût des nouvelles sensations

Bistronomie, cuisine vivante, caféologie…Le Cefor de Namur vit avec son époque et lance de nouvelles formations bien dans l’air du temps.

Samuel Husquin
Cefor : le goût des nouvelles sensations
Au Cefor, on apprend aussi à déguster dans les règles. Avec des exercices… en labo. ©ÉdA – Florent Marot

Le moléculaire n'a plus trop la cote. La cuisine de grand-mère, avec ses wecks et ses plats goûtus et sans trop de chichis, revient en grâce. La bière retrouve un peu de place, aussi sur les plus belles tables. On déguste désormais le thé comme on le fait avec le vin depuis des années… Bref, le monde du goût change. Et tout va très vite. Au Cefor de Namur, on forme 1 600 apprenants, de 18 à 70 ans, avec des envies de changement de carrière, un besoin de se réintégrer dans la société ou la simple motivation de l'épanouissement personnel. Mais quel que soit le profil de tous ces apprenants, ils sont tous dans l'attente d'une formation bien en phase avec son époque. «Nous aurons à la rentrée 88 formations différentes», comptabilise Benoît Le Gal, le directeur du Cefor de Namur. «Parfois, c'est un petit module de spécialisation de quarante heures. Parfois, c'est la formation intégrée qui aboutira au métier.» Cette diversité permet donc de répondre aux futures attentes. Un petit tour des nouveautés et tendances récentes s'impose donc pour se rendre compte de l'incroyable diversité des formations proposées.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.