Mine sombre et fantômes éternels

Histoire humaine des souvenirs de la mine: «Macaroni!», l’excellente pièce du Namurois Vincent Zabus, devient une bande dessinée.

Alexis Seny
Mine sombre et fantômes éternels
Asen - Namur - Vincent Zabus Macaroni BD ©ÉdA

«Le vieux chiant»! Pas de doute, Roméo ne porte pas son grand-père dans son cœur. Mutique, rogneux et un peu effacé, ce «nono» n'est pas l'exemple-type du pépé qu'on a envie de serrer dans ses bras. Et dire que c'est chez lui que le petit garçon va devoir passer quelques jours de vacances: ça promet. Sauf que Roméo n'a pas prévu que ce grand-père, durci par la mine et en proie aux fantômes que celle-ci lui a laissé, se livrerait peu à peu sur sa vie de… «macaroni». Macaroni, comme le nom, l'insulte presque, qu'on donnait aux Italiens qui s'engouffraient dans la bouche béante de la mine, jamais certains de pouvoir en ressortir vivants.