17 personnes relogées grâce au capteur

Le projet «capteur de logement» a permis de remettre 17 personnes au chaud. Des contrats win-win entre propriétaires privés et public fragilisé.

Aurélie Moreau

L'idée est lancée depuis sept mois à Namur. Elle s'inspire du modèle mis en place à Charleroi. Le concept: favoriser l'accès et le maintien au logement à des personnes en situation de précarité et/ou souffrant de troubles de la santé mentale, via une personne intermédiaire appelée «capteur de logement». «L'idée est de parvenir à un échange win-win-win entre le propriétaire, le locataire et le capteur de logement», explique Philippe Defeyt, président du relais social urbain namurois.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...