« Mon beau-père m’a violée »

De deux choses l’une. Il est un violeur dangereux. Ou elle une mythomane. Débat douloureux devant le tribunal.

Cédric FLAMENT

Le ministère public requiert à son encontre cinq ans de prison, sans s’opposer toutefois à un sursis probatoire. Le réquisitoire n’est pas léger, comme ne le sont pas les préventions à charge de ce Jambois de 38 ans, père de deux enfants et poursuivi pour des faits de viol sur une mineure qui, aux débuts des faits présumés, n’avait pas encore 14 ans.