Eurocoupe Basket-ball : trois minutes qui coûtent cher à Namur Capitale

À l’unanimité, c’est la déception et le désappointement qui se lisaient sur tous les visages. Namur a raté le coche.

Philippe GILLES
Eurocoupe Basket-ball : trois minutes qui coûtent cher à Namur Capitale
Belfius Namur Capital - Mersin (Basketball) ©EdA

La meneuse Audrey Salvi pointait du doigt la gestion des trois dernières minutes. «Nous ne les avons pas gérées, c'est une grosse déception. Nous n'avons pas su gérer nos émotions. De plus, nous n'avons pas su nous adapter lorsqu'à ce moment-là, Mersin prend l'individuelle pour la première fois.»